Si vous faites partie de ces personnes qui ont besoin de beaucoup d’efforts pour se concentrer, si vous sentez une certaine inquiétude interne ou si vous êtes une personne très désorganisée, il est probable que vous souffriez de déficit attentionnel. Vous en avez surement souffert pendant toute votre vie mais il n’a jamais été diagnostiqué adéquatement.

Ce syndrome a des motifs très récurrent : l’hyperactivité, l’impulsivité et/ou l’inattention. Cette condition vous suit toute votre vie en affectant les enfants, les adolescents et aussi les adultes de n’importe quel âge. En plus de cela, il existe un composant génétique qui peut prédisposer quelqu’un à développer un déficit attentionnel.deficit visuo attentionnel

Comment se manifeste un déficit attentionnel chez les adultes ?

Les personnes souffrant d’un déficit attentionnel peuvent très bien s’adapter à leur environnement grâce à leurs compétences. En revanche, avoir un bon rendement leur demande beaucoup d’énergie. C’est pour cela que vous pouvez voir des professionnels à grand succès de 30 à 40 ans étant très fatigués, ayant du mal à trouver le sommeil, vivant distraits et dont le rendement baisse incessamment.

De plus, ils ont du mal à se maintenir concentrés, ils oublient fréquemment les choses et se distraient facilement. Quand cela leur arrive, elles commencent à penser que les autres sont meilleurs et qu’elles sont plus efficaces qu’eux. Cela finit par affecter l’estime des souffrants.

Les personnes impulsives ou hyperactives doivent aussi être particulièrement attentives car ces conditions sont aussi étroitement reliées au déficit attentionnel. Les personnes pressées par exemple, qui ne peuvent pas supporter faire la queue ou simplement être patient. Elles s’énervent facilement en présence de personnes lentes et prennent des décisions de manière très impulsive.

Quels sont les principaux symptômes ?

En général, le symptômes sont les suivants :

  • Hyperactivité et inquiétude physique.
  • Difficultés pour rester attentif.
  • Difficultés pour commencer une tâche.
  • Impulsivité, dire les choses sans réfléchir, ne pas mesurer les conséquences de certains actes.
  • Procrastinent de manière chronique.
  • Difficultés à terminer des tâches.
  • Perdent ou oublient fréquemment des choses.
  • Ne gèrent pas bien leur temps.
  • Ne sont pas bons pour planifier et s’organiser.

Mais le déficit attentionnel n’est pas que mauvais…

Il a ses avantages. Les personnes qui souffrent de déficit attentionnel présentent des performances très remarquables. Par exemple, elles sont efficaces au moment de percevoir n’importe quel type d’information, elles sont assez intuitives, sensibles et peuvent être les meilleurs leaders. De plus, elles sont bonnes pour conceptualiser, c’est-à-dire qu’avec un manque d’information elles peuvent tout de même aborder un problème avec agilité. Elles constituent de bons psychologues, médecins, vendeurs, architectes et publicitaires car elles comprennent les nécessités de la personne qu’elles ont en face. En effet, elles sont capables de capter les idées des autres et font preuve de beaucoup d’empathie et de perception envers les autres.

Quand devons-nous y croire ?

Il y a certains points clés qui peuvent nous amener à penser qu’une personne adulte peut souffrir de déficit attentionnel. On peut par exemple citer les personnes qui avaient une moyenne milieu-basse au collège, mais qui ont quand même su faire leurs preuves dans la sélection universitaire avec excellence.

Le cas contraire peut aussi fonctionner : les personnes qui avaient de très bons résultats à l’école mais qui ont vu leur efficacité baisser à l’université ou qui y ont commencé à redoubler ou à changer de programme ou de travail.

Comment réaliser un diagnostic correct ?

Le diagnostic doit être clinique. Cela signifie qu’il doit être réalisé par un spécialiste. Il cherchera les symptômes du patient en fonction de son histoire. Ensuite, il réalisera des preuves neuropsychologiques pour détailler le profil de fonctionnement cognitif de la personne. Cela servira à obtenir un diagnostic catégorique et définitif, du fait que le souffrant présentera ces conditions à vie.

Il est important que cela soit réalisé par un spécialiste car il existe des pathologies qui peuvent être confondues avec cette condition. Par exemple, l’anxiété, la dépression, la démence et d’autres obsessions compulsives. Seul un neurologue pourra faire un diagnostic correct afin de différencier le déficit attentionnel d’autres conditions.

Existe-t-il un traitement ?

Bien entendu. La personne doit vraiment être traitée car sinon la situation pourrait s’aggraver et avoir de réelles conséquences sur sa vie quotidienne. La première étape du traitement consiste à faire comprendre à la famille pourquoi cela arrive et ainsi permettre une meilleure cohabitation.

Concernant le traitement pharmacologique, il est proscrit quand cela devient réellement nécessaire et en prenant en compte l’efficacité et la qualité de vie de la personne. Certaines recourent par elles-mêmes à des médicaments dangereux comme l’Adderall, qui présente des risques de santé physique et mentale. Sa consommation représente un danger pour la sécurité anémique de l’usager.

Pour cela, au lieu de recourir à ce type de remède vendu sous ordonnance, il y a des options naturelles beaucoup plus sures et efficaces. La meilleure sur le marché est sans aucun doute le BrainPlus IQ, un complément réalisé à base de phosphatidylsérine, qui améliore la mémoire et augmente les capacités de concentration. C’est l’option à choisir pour obtenir des résultats.